Le cancer de la prostate, une maladie silencieuse

La prostate est une glande de l'appareil génital masculin. Avec le temps, les cellules prostatiques peuvent se multiplier et former une tumeur, qui à la longue peut évoluer en cancer. Sans prise en charge, le cancer prostatique peut métastaser et se propager aux os et aux ganglions lymphatiques. Le principal inconvénient avec cette maladie, c'est qu'elle évolue lentement et peut ne présenter aucun signe, d'où l'intérêt de procéder à un dépistage tous les ans à partir de 50 ans. Le traitement est en effet moins lourd quand le cancer est décelé à un stade précoce. Les risques d'apparition d'effets secondaires comme les troubles urinaires ou érectiles sont également moins élevés.

Le dépistage, quels tests ?

Deux tests sont proposés dans le cadre du dépistage du cancer de la prostate. Le toucher rectal, le premier test, consiste à évaluer la taille de la prostate. Le second test consiste à doser le taux d'antigène prostatique spécifique ou APS dans le sang. Un niveau sanguin élevé en cette protéine produite par la prostate peut en effet être le signe d'un cancer. Selon les résultats de ces deux tests, et pour lever le doute, une biopsie peut être recommandée.

Movember, mobilise contre le cancer de la prostate

Pour l'instant, le dépistage du cancer de la prostate n'est pas systématique et ne fait pas l'objet de campagnes réalisées à l'échelle nationale en France comme pour le cancer du sein et le cancer du côlon, d'où l'importance de Movember. Ce mouvement né en 2003 en Australie souhaite sensibiliser le public au cancer de la prostate, mais aussi au cancer des testicules et à la santé mentale des hommes. Movember procède à des levées de fonds afin de soutenir les recherches dans ces domaines. Se faire pousser la moustache pour obtenir des fonds est une des activités proposées. Pour une moustache impeccable pendant 30 ans, procédez à une taille régulière sans oublier de bien raser les joues, le cou et le menton avec un produit adapté.